Arts et Loisirs
L’Association « les Conférences Arts et Loisirs » est une association régie par la loi de 1901 ayant une vocation culturelle.
Les programmes
Conférence mardi 7 mars 2017

Fêtes et divertissements à la cour

Exposition au château de Versailles du 29 novembre 2016 au 26 mars 2017.

par Monsieur Alexandre Maral, Conservateur en chef chargé des sculptures au château de Versailles.

« Le temps d’une exposition, le château de Versailles invite le visiteur à goûter aux plaisirs des courtisans d’autrefois, entre loisirs d’extérieur, fêtes somptueuses, soirées intimes et bals costumés. Contribuant au rayonnement de la monarchie, les divertissements petits et grands, publics ou privés, offraient une grande variété reflétée dans le parcours thématique de l’exposition qui balaie les règnes de Louis XIV à Louis XVI. »
http://levasiondessens.com/wp-content/uploads/2016/12/fetes-et-divertissements-036.jpg

« L’originalité de l’exposition mise en scène par Patrick Hourcade, son directeur artistique est de combiner richesses iconographiques et reconstitutions numériques 3D pour faire revivre les multiples lieux et instants éphémères. Elle en démonte les rouages au sens propre (avec l’envers des décors de théâtre mettant à nu l’ingéniosité des mécanismes des machineries) et figuré avec la nécessité permanente de capter ou d’occuper l’attention de la cour. (…)
Loin des stéréotypes d’une cour oisive, l’exposition brosse en creux la vie professionnelle épuisante du courtisan pour suivre et (sur)vivre à cette fête permanente. »
http://www.chateauversailles.fr/les-actualites-du domaine/evenements/evenements/expositions/fetes-et-divertissements-a-la-cour/fd/visiter-lexposition-1

« Louis XIV précisait dans ses Mémoires pour l’éducation du Dauphin, que les fêtes et les divertissements participaient pleinement à l’art de gouverner.
Pour le bon fonctionnement ordinaire de la Cour, le monarque se doit d’instaurer « cette société de plaisirs, qui donne aux personnes de la Cour une honnête familiarité avec (le souverain), les touche et les charme plus qu’on ne peut dire ».
Et quant aux événements royaux, qui se devaient, par nature d’être extraordinaires, il leur fallait toujours davantage de grandeur, de surprise et de fantastique, afin que la Cour, le royaume, et l’Europe puissent s’en émerveiller. »
http://www.evous.fr/local/cache-vignettes/L320xH243/320-35-3b5ba.jpg?1473089846
… »C’est que pour lui (Louis XIV) les moindres fêtes font partie du devoir de représentation du monarque. Et que celui-ci fait partie intégrante de ce qu’on a pu appeler le « ministère de la gloire », cette manière moins dispendieuse et bien plus efficace que des rapports de police ou une administration pléthorique que Louis XIV avait imaginée pour asseoir son autorité : en imposer par le faste, le prestige, être ce soleil qui répand sur ses sujets non seulement les rayons de la prospérité, mais aussi ceux des arts et de la beauté.
Non, pour tous ceux qui en percevaient d’une manière ou d’une autre les reflets, les fêtes n’étaient pas de simples divertissements que se donnait la cour : ils étaient aussi et surtout une grâce que le roi leur faisait pour les associer à la gloire d’être français. «
http://www.valeursactuelles.com Histoire 21 janvier 2017

« À l’instar de son prédécesseur, attentif à voir ses sujets apprécier ses divertissements afin de tenir « leur esprit et leur cœur, quelquefois plus fortement que par les récompenses et les bienfaits », Louis XV poursuivait la même politique, insufflée dès l’époque de Mazarin. » rappelle Jérôme de la Gorce (…)
Ici, politique et fête se confondent dans la construction d’un imaginaire individuel et collectif, bien au-delà de l’impact culturel de Versailles. « La fête est l’un des moments où le baroque se manifeste de façon la plus pure. écrivait le regretté Philippe Beaussant, dans son ‘Louis XIV, artiste’ (Payot, 199). La fête est un rêve dans le roman baroque et précieux, mais elle peut être aussi le moment où elle se met à ressembler à un roman. »
Le génie des ‘Bons plaisirs’ des monarques est de nourrir le quotidien festif et le merveilleux des lieux. « On assiste à un phénomène nouveau, insiste Béatrix Saule, Commissaire général de l’exposition, une institutionnalisation du divertissement qui, par son caractère systématique, par son organisation et par son calendrier régulier d’activités est propre à la cour de Versailles. »
http://www.webtheatre.fr/Fetes-et-divertissements-a-la-cour